Avec Radio Mycellium, mise en réseau et écoute de champignons, ou EarthBoot où les matériaux organiques servent de composants au fonctionnement d'un ordinateur, Martin Howse s'est fait spécialiste de l'électronique entropique, persuadé que la technologie doive incessamment retourner à la terre.

Comment la Terre, comprise comme un processus, peut-elle former un programme?

Quels signaux simples peuvent-ils en être tirés à partir de moyens terrestres, et que révèlent-ils de ses processus secrets? Comment ces signaux peuvent-ils être interprétés et traduits en code ?

Enfin, comment le "dark interpreter" instrument prototypal conçu pour mener des expérience à partir du substrat terrestre, permet de recoder le paysage, dans un feed-back cybernétique pervers ?

 

 

Robert Smithson écrivait dans la Sédimentation de l'esprit, 1966 :

C'est la forme des abymes qui définit la différence entre l'ombre et la lumière et qui en constitue les racines verbales. Edgar Allan Poe achève le labyrinthe mental des Aventures d'Arthur Gordon Pym par cette phrase : "J'ai gravé cela dans la montagne, et ma vengeance est écrite dans la poussière du rocher."

 

L'atelier "Earth Coding" embrassera l'ensemble de ce processus tellurique à travers la construction d'une série de situations expérimentales. Les participants apprendront comment récupérer et traiter des signaux provenant de la Terre et ce que les moyens de transduction énergétique ont à voir avec celle-ci. Nous verrons aussi comment imaginer un code tellurique qui tire sa poétique de l'activité des vers...

http://1010.co.uk/

Martin Howse est un programmeur, écrivain et performeur qui explore l'existence d'une interaction entre les phénomènes géophysiques, les logiciels et le psychisme humain. Ses projets proposent un retour à une forme d’animisme impliquant une distance critique concernant certains usages de la technique. Depuis plus de dix ans, il organise de nombreux workshops et micro-résidences à Berlin sous le nom de “ _____-micro-research”, devenue plateforme de recherche “psychogéophysique” avec des projets à London, Peenemuende, Kiruna et Yekaterinburg.