Une soirée de performances audiovisuelles autour des transformations successives d'Internet, de l'utopie du partage et de l'encyclopédie en réseau, à la vision Orwellienne de la surveillance généralisée. Avec Nicolas Maigret, Brendan Howell, Jake Harries, Benjamin Cadon.

 

Nicolas Maigret & Brendan Howell : The Pirate Cinema

THE PIRATE CINEMA : L'activité et la géographie des partages de fichiers peer-to-peer en temps réel sont rélévés dans The Pirate Cinema, une performance de Nicolas Maigret et Brendan Howell. Dans cette salle de contrôle, la surveillance omniprésente des télécommunications devient globale, alors que les artistes révèlent comment les films, livres audio, porno et jeux vidéos sont consommés et diffusés à l'échelle mondiale, transformant ainsi les utilisateurs du réseau BitTorrent en contributeurs d'une composition audio–visuelle globale et continue.

http://thepiratecinema.com/performance/

Nicolas Maigret rend perceptible les caractéristiques internes des technologies à travers une exploration de leurs dysfonctionnements, états limites ou seuils de rupture, dont il développe des expériences audio-visuelles à la fois sensorielles et immersives. En tant que curateur, il a initié la recherche disnovation.net, une critique de la propagande de l'innovation. Au sein du laboratoire LocusSonus, il a engagé une recherche sur la physicalité du réseau informatique mondial. Il enseigne à présent à Parsons Paris et a co-fondé le collectif Art of Failure en 2006.

http://peripheriques.free.fr/

Brendan Howell (USA) est artiste et ingénieur, auteur de plusieurs oeuvres, programmes et inventions électroniques interactives. Il vit et travaille actuellement à Berlin.

http://www.wintermute.org/brendan/

 

 Jake Harries : Spam lifts us up where we belong, up where eagles fly, on a mountain high

Tout le monde est submergé de spams, de pourriels, de courriers indésirables qui s'insinuent tous les jours dans nos communications, sans doute pour l'éternité. Loin de nous en satisfaire, nous en sommes ennuyés. La performance « Spam lifts us up where we belong, up where eagles fly, on a mountain high » aborde la métaphysique de ces courriers non désirés, de manière courte mais intense. Et cela va changer notre vie ! Aucun aigle ne sera blessé pendant la performance.

Jake Harries : Directeur artistique d’Access Space depuis 2007, Jake Harries est aussi artiste, musicien et performeur depuis les années 80 et a été notamment membre de Chakk un groupe de funk électronique à l’origine du premier grand studio d’enregistrement de Sheffield. Une part notable de sa pratique artistique actuelle repose sur le réemploi de spams, comme pour Silicon Bake, une performance de Live Coding avec Alex McLean. https://soundcloud.com/heightsofabraham

 

Benjamin Cadon : Attack me at 2.432 GHz

Attack me please at 2.432 GHz est une performance audiovisuelle basée sur la sonification en temps réel du spectre électromagnétique, et particulièrement des fréquences wifi. L'utilisation massive de transmissions sans fil pose des questions de santé publique et de sécurité, de préservation de la vie privée. Dans un contexte de surveillance globale, alors que le mouvement de "l'Internet des Objets" répand sur la planète des appareils connectés, nos données personnelles n'ont jamais été autant exposées. Pour s'en prémunir, il y a la stratégie de l'attaque, pot de miel pour attirer les nuisibles et attirail de serrurier numérique pour ouvrir des portes dérobées et se constituer des zones d'autonomie. Paquets de données éventuellement cryptés, encapsulés dans une constellation de protocoles normés, c'est tout un bestaire électromagnétique qui gravite quotidiennement autour de nous dans un monde invisible, mais pour une fois audible.

http://benjah.free.fr/2432.html

Benjamin Cadon, Artiste multimedia, vit et travaille comme coordinateur de Labomedia, un mediahackfablab basé à Orléans et actif dans le champ de la culture numérique depuis 1999. Il a notamment participé à plusieurs projets traitant des champs électromagnétiques, de la sonification de données, d'approches subjectives de la cartographie ou encore de notre devenir post-humain. Il développe des performances audiovisuelles et des installations en utilisant des logiciels libres “temps réel” et des appareils électroniques en tentant de tisser des liens entre art, hacktivisme et problématiques contemporaines.

http://benjah.free.fr/